mois précédent

Mars 2020

mois suivant
lundimardimercredijeudivendredisamedidimanche
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Lundi 16 Mars 2020 - 17:30

Formation à la paléographie


Lundi 16 mars 2020 à 17h 30 - Maison des associations : atelier animé par Patrice Laval.



 

Mardi 10 Mars 2020 - 17:30

Un "Turc" à Toulouse : l'ambassade ottomane de Mehmed Efendi (1721)

Mardi 10 mars 2020 à 17h 30 – Auditorium de la Médiathèque

Mathieu Grenet

Un "Turc" à Toulouse : l'ambassade ottomane de Mehmed Efendi (1721)

Du 1er au 5 février 1721, Toulouse accueille un hôte aussi inattendu qu'exotique : Yirmisekiz Çelebi Mehmed Efendi, ambassadeur du sultan Ahmet III, fait étape dans la ville en chemin pour Versailles, où il doit être reçu en audience par Louis XV. Alors que sa visite impromptue met dans l'embarras l'ensemble des édiles municipaux et provinciaux, Mehmed Efendi se révèle un observateur curieux, parfois amusé et souvent amusant, des lieux qu'il visite. Que voit-il de Toulouse ? Comment réagit-il aux mille et une sollicitations dont font l'objet les dignitaires étrangers en chemin ? Quelle image les Toulousains se font-ils de ce "Turc", figure à la fois distante et familière ? Par-delà le récit de ce bref séjour, il s'agira de comprendre comment celui-ci a pu "faire mémoire", bien que sur un mode non dénué d'ambiguïtés.

Né en 1980 à Lyon, Mathieu Grenet est maître de conférences en histoire moderne à l’Institut universitaire Jean-François Champollion, à Albi, chercheur à l’UMR 5136 Framespa, directeur de la rédaction de la revue Diasporas.

Lundi 02 Mars 2020 - 17:30

Du nouveau sur Voltaire et l'affaire Calas : le malin génie et le "pauvre diable"

Lundi 2 mars 2020 à 17h 30 – Maison des Associations (salle Jeanne-Cabrol)

Patrick Ferté

Du nouveau sur Voltaire et l'affaire Calas :

le malin génie et le "pauvre diable"

Le conférencier présentera plusieurs découvertes restées inaperçues et renversantes sur les origines de l'implication de Voltaire dans l'affaire Calas. Parmi les informateurs du philosophe se trouve en effet le descendant d’une famille protestante du Rouergue méridional à la personnalité ambigüe, très inséré dans les milieux intellectuels montalbanais et que ses relations familiales rapprochent des Calas. Cet environnement semble bien avoir poussé le patriarche des Lumières à mener ce combat majeur contre l'intolérance et, à la lueur de ces éléments insoupçonnés, le dossier paraît devoir être revisité.

Patrick Ferté est maître de conférences émérite en histoire moderne de l'université de Toulouse-Jean Jaurès, membre de Framespa-CNRS.

Pour mieux comprendre

Fils de chirurgien d’origine mazamétaine, Jean Calas naît à Lacabarède en 1698. Il épouse en 1731 Marie-Rose Cabibel, fille de Mazamétains émigrés en Angleterre. Resté fidèle à la religion protestante, il est installé comme marchand d’étoffes rue des Filatiers à Toulouse, bastion catholique.

Le soir du 13 octobre 1761, le fils aîné du couple, Marc Antoine, est retrouvé étranglé dans la maison familiale : probablement un suicide. Les contradictions initiales de la famille, les ouï-dire et les ragots font rapidement accuser le père et son fils Pierre d’être les auteurs d’un assassinat : Marc Antoine aurait été tué car il aurait été désireux de se convertir. Aussi ses obsèques se déroulent-elles en grande pompe à l’église catholique. Dès le 18 novembre, le tribunal des capitouls juge Jean Calas coupable. Le 9 mars 1762, en appel, il est condamné à être rompu vif et son fils Pierre est banni du royaume. Le 10 mars 1762, sa peine ayant été légèrement aménagée, le marchand d’étoffes est roué vif sur la place Saint-Georges...

Pierre Calas, de son côté, s ’exile à Genève où il rencontre Voltaire déjà informé de l’affaire… Mais comment ?