Aimé Balssa

Les Établissements Henri Viala

Un siècle et demi d’industrie textile à Castres

Cahier de la Société culturelle n° 47, de 56 pages au format 21 x 29,7, illustré en noir et blanc et couleur, couverture couleur :

Prix public 12 €

Pour commander l’ouvrage envoyez un courrier à : Société Culturelle du Pays Castrais 8 Place Soult 81100 CASTRES en mentionnant le titre de cet ouvrage accompagné d’un chèque d’un montant de 15 € (12€ + 3€ de participation aux frais d’envoi). Si vous désirez l’envoi de plusieurs ouvrages nous consulter d’abord pour connaître le montant des frais d’envoi.

L’aventure de l’entreprise commence en 1842 : Barthélemy Amen (1808-1900) crée alors puis développe dans le quartier de Théron-Périé/Bouscasse une manufacture de tissus. Elle se poursuit avec l’un de ses collaborateurs, Jean-Baptiste Cabrol (1847-1927), puis avec son gendre, Henri Viala. Au lendemain de la Grande Guerre, ce dernier construit une usine moderne rue Mérigonde. Les Établissements Henri Viala sont nés. Après la mort prématurée d’Henri Viala, ce sont ses deux gendres, Jacques et Marcel Pélissier, qui dirigent l’entreprise, poursuivant une ambitieuse politique d’investissement, créant dans les années 1940 une seconde usine, Bagatelle, consacrée à la filature. Les Établissements Henri Viala sont devenus en quelques décennies une entreprise textile intégrée, la première de la place, employant près de 1 000 personnes en 1960.

Au-delà, l’entreprise éprouve quelques difficultés à s’adapter à la rapide évolution des marchés puis est atteinte de plein fouet par la crise économique liée au premier choc pétrolier. Elle ne s’en relèvera pas ; à partir de 1981, elle conserve seulement pendant une quinzaine d’années une activité de filature, essentiellement Ainsi disparaît dans la discrétion le porte-drapeau de l’industrie textile castraise, créé avec de faibles moyens un siècle et demi plus tôt, puis développé grâce à l’opiniâtreté d’industriels de talent.

Ce petit cahier sans prétention, établi avec beaucoup de difficultés, tant les informations sur l’entreprise sont rares, a pour but de conserver un souvenir aussi précis que possible d’une société qui fut une entreprise renommée et le premier employeur local.